JAPON

- Pays du Soleil-Levant -
















Itinéraire

Itinéraire Japon
J1 : Aéroport Narita - Tōkyō

J2 : Tōkyō
J3 : Tōkyō
J4 : Tōkyō - EnoshimaKamakura
J5 : Kamakura - Hakone
J6 : Hakone - Mont Fuji 
J7 : Mont Fuji - Gotemba
J8 : Gotemba - Kyōto
J9 : Kyōto 
J10 : Kyōto
J11 : Kyōto - Nara
J12 : Nara - Ōsaka
J13 : Ōsaka 
J14 : Ōsaka - Hiroshima
J15 : Hiroshima - Miyajima - Hiroshima
J16 : Hiroshima - Matsumoto
J17 : Matsumoto - Kamikōchi - Matsumoto
J18 : Matsumoto - Nikkō 
J19 : Nikkō - Aéroport de Narita

Notre voyage en video 

A savoir...

Japan Rail Pass (JRPass)

  Lire la suite

Japan Direct

  Lire la suite

Pocket Wifi

  Lire la suite

Tōkyō

Tokyo metropolitan government building Tokyo Japon
 Tōkyō metropolitan government building (Quartier Shinjuku)

A notre arrivée au Japon, nous avons retiré directement notre pocket Wifi et nos Japan rail pass à l'aéroport de Narita.
Pour rejoindre Tōkyō, nous avons donc réservé au guichet des tickets de train pour le Narita Express (La réservation de sièges est obligatoire) et en une heure, nous voici à Tōkyō !!!
On dépose nos sacs à dos à l'hôtel et on ne perd pas une minute pour profiter de notre première soirée à Tōkyō, direction le Tōkyō Metropolitan government building dans l'arrondissement de Shinjuku.

De là on a une superbe vue panoramique sur Tōkyō depuis l'observatoire situé à 202 mètres et le gros point positif c'est que l'accès est gratuit.

Golden Gai Tokyo Japon
 Golden gai (Quartier Shinjuku)

On continue notre soirée à Shinjuku en allant se promener dans le quartier du golden gai. 
Ce quartier représente l'ancien Tōkyō tel qu'il était avant le grand tremblement de terre de 1923 et les bombardements de la seconde guerre mondiale.

Il n'y a que quelques rues toutes très étroites et on y trouve principalement des bars et des cafés minuscules contenant à peine une dizaine de personnes.
L'ambiance y est très particulière mais ce quartier ne craint pas du tout et il ne faut pas hésiter à rentrer dans l'un de ses bars.

Parc d'Ueno Tokyo Japon
 Parc d'Ueno (Quartier Ueno)

Après une bonne nuit de sommeil, nous sommes fin prêt à parcourir Tōkyō !!
Pour cela, on commence par visiter le grand parc d'Ueno qui est composé, de musées, d'un zoo, d'un bassin, de temples et sanctuaires.

On y trouve entre autres le sanctuaire shinto Tōshō-gū où brûle une flamme en mémoire aux victimes des bombardements atomiques de Nagasaki et Hiroshima.

Asakusa, Sensō-ji Tokyo Japon
 Sensō-ji (Quartier Asakusa)

Un temple incontournable à Tōkyō, c'est bien évidemment le Sensō-ji dans le quartier d'Asakusa. 
Ce temple dédié à la déesse bodhisattva Kannon est très visité car il s'agit du plus vieux temple de Tōkyō. Il fut terminé en 645 !!
Il s'agit d'un temple bouddhique car son entrée est une grande porte monumentale : Un mon. De plus ce mon est gardé par des Niô, des gardiens en pierre qui chassent les mauvais esprits.

Le temple est très bien entretenu et le côté traditionnel contraste totalement avec le Tōkyō urbain actuel.

A l'entrée, il y a une sorte de grand vase où brûlent des bâtons d'encens. Les personnes s'en approchent et envoient la fumée d'encens vers leurs visages : Cela aurait des vertus thérapeutiques et purificatrices.
Chacun va ensuite faire une prière au temple en mettant une pièce dans un bac prévu à cet effet puis font sonner une cloche accrochée à une corde. Les japonais s'inclinent deux fois, se recueillent puis s'inclinent une dernière fois.

Aux abords du temple, on remarque deux choses : Des plaques de bois accrochées et des casiers devant lesquelles les japonais s'amusent à secouer un cylindre.
Les plaques de bois sont des Ema, des plaques personnalisées en fonction du temple et de la divinité qu'il représente sur lesquelles on va écrire des vœux et des prières. Les Ema sont ensuite accrochées à un portique près du temple.
Concernant les petits casiers, il s'agit en fait d'une loterie sacrée, les Omikuji. C'est en gros un tirage au sort qui permet de d'obtenir un papier qui prédira l'avenir sur cinq thèmes différents. Ainsi c'est une sorte d'horoscope qui classe l'avenir de mauvais à très bon et apporte aussi des conseils en fonction de la prédiction.

Tokyo sky tree Japon
 Tōkyō sky tree (Quartier Sumida) 2060JPY/adulte pour plateforme à 350 m ou 3090JPY/adulte pour plateforme à 450 m

Haute de 634 mètres, cette tour de radiodiffusion est bien évidemment la plus haute du Japon.

Il y a deux plateformes pour pouvoir admirer la vue sur Tōkyō, une à 350 mètres et l'autre à 450.

Depuis le Tembo Deck à 350 mètres, on a une vue incroyable sur cette ville géante. A cette plateforme, on a une vue à 360° mais on peut aussi y manger et boire un verre car elle se décompose en trois niveaux différents.

Nous sommes allés à la plateforme située à 450 mètres moyennant quelques Yen supplémentaires mais cela ne change pas vraiment sur la vue que l'on a déjà depuis le premier panorama.
A mon avis, le 350 mètres suffit amplement pour bien profiter.

Akihabara Tokyo Japon
 Ville électrique (Quartier Akihabara)

Pour les Geeks et les amateurs de jeux vidéo, ce quartier d'Akihabara est un vrai temple !!
Ce quartier est aussi appelé Akihabara Electric Town à cause de tous ces bâtiments de salles d'arcade, de magasins de jeux vidéo, de mangas, de magasins d'électroniques aux devantures ornées de néons.

On entre chez Sega pour découvrir des dizaines de bornes d'arcade à chaque étage du bâtiment. Tous les japonais sont scotchés à leurs écrans et on comprend bien que les jeux vidéo ici, c'est une réelle institution. 
On ne connaît que très peu de jeux et surtout on ne comprend strictement rien aux principes des autres !! 
On reste bouche bée devant des joueurs d'une sorte de dance dance revolution avec les mains : Aucune erreur et une rapidité et une dextérité dingue !!

Par contre, n'étant plus habitués à ça en France, on a l'impression de rentrer dans un cendrier géant : Les salles d'arcades autorisent les fumeurs.

Entrainement de sumos Tokyo Japon
 Entrainement de sumos 9000JPY/adulte

On attendait avec impatience cette matinée !!! Notre visite à un entrainement de Sumos !!! 
Normalement il est possible d'assister à un entrainement gratuitement mais il faut pouvoir connaître quelqu'un sur place qui pourra organiser cela.
Par souci de facilité et d'assurance à voir cet entrainement, nous avons réservés notre session via Go Voyagin. Quelques jours avant, le guide dépêché pour cette sortie nous contacte afin de nous donner l'heure (vers 07h) et le lieu de l'entrainement. De plus, le guide insiste sur les choses à respecter vis-à-vis des sumos.
Considérés comme de vrais dieux au Japon, il faut respecter le fait d'être silencieux, de ne pas porter ni casquette, ni lunettes de soleil, ne pas boire ni manger, ne pas montrer ses tatouages et point important : Etant assis, il faut veiller à ne pas montrer le dessous de nos pieds aux sumos qui est le signe d'une grande impolitesse. Si jamais un des critères n'était pas respecté, nous devrions sortir sur le champ.

Nous avons donc rejoins notre guide à la sortie d'une gare puis celui-ci nous a emmené à l'écurie Ogurama.
On se déchausse et on prend place silencieusement sur des coussins au sol sur une estrade. Face à nous, un grand rond de sable, le dohyõ, qui symbolise la zone de lutte et les sumos qui commencent leur échauffement.

On les voit alors commencer leurs rituels d'entrainement : Ils lèvent un bras et une jambe sur le côté, se claquent la cuisse avec la main puis claquent le sol avec le pied !! Ce geste, appelé le shiko, éloignerait les démons et ils doivent le répéter environ 1000 fois par jour !!!
Pliés sur leurs jambes, ils traversent le dohyõ rapidement chacun leur tour. 
Viens ensuite le gros de l'entrainement, les combats. Le but étant de faire sortir l'autre de la zone, les sumos se fracassent l'un contre l'autre dans un grand claquement et tentent de repousser l'autre en appuyant leur main sur le ventre de l'adversaire ou en tentant de le déséquilibrer.

Le bruit du choc est assez impressionnant d'autant que certains ne sont visiblement pas du même gabarit.
A la fin, le plus imposant servait de "poids mort" à repousser par les autres sumos.

Durant toute la session, notre guide nous expliquait différentes choses sur un papier qu'il nous faisait passer : La manière de vivre des sumos, le palmarès de leur entraineur qui trônait dans un fauteuil surélevé par rapport à tout le monde, le fait que les sumos jettent du sel pour purifier le ring, les gestes spécifiques qu'ils effectuent...

S'il y a bien une chose à faire au Japon, c'est bien d'aller assister à un entrainement de sumo !!! C'est vraiment une expérience incroyable d'un sport si éloigné de ce que l'on connait et ce fût tellement enrichissant que je vous le conseille très fortement.
Pour nous le seul petit défaut fût notre guide : Nous ne l'avons pas trouvé très avenant, voire même un peu grognon.

Shibuya Tokyo Japon
 Shibuya crossing (Quartier Shibuya)

Peut-être l'un des croisements les plus célèbres au monde, le Shibuya crossing, juste en face de la gare.
Il y a trois passages piétons sur ce croisement dont un en diagonale où des milliers de Japonais se croisent chaque jour.
Aux heures de sortie de bureau, on pourrait croire que ce passage serait une vraie cacophonie mais toujours bien disciplinés, les Japonais se croisent sans le moindre heurt ni bousculade !

On peut retrouver ce passage dans plusieurs films comme Resident evil ou encore Fast and furious : Tokyo drift.

Tokyo tower Tokyo Japon
 Tōkyō tower (Quartier Roppongi) 900JPY/adulte pour plateforme principale ou 1600JPY/adulte pour plateforme spéciale

Un petit air Parisien à Tōkyō avec la réplique de la Tour Eiffel !!  Enfin, presque la Tour Eiffel à quelques détails près : Déjà, elle est blanche et rouge mais elle se paye aussi le luxe d'être plus haute de 7.6 mètres (Soit 332,6 m) !!

Tout comme la Tōkyō sky tree, c'est une tour de radiodiffusion mais depuis 1958, de hauts immeubles furent construits autour d'elle, gênant ses émissions.

Pour nous ce qui importe le plus n'est pas sa fonction première mais bien le panorama qu'elle peut offrir avec ses deux plateformes situées à 145 et 250 mètres.
Le petit plus si vous montez au second observatoire est que l'on monte dans un ascenseur vitré pour voir la base de la tour.

On a alors un panorama différent de celui de la sky tree étant dans un autre quartier.
Marché aux poissons Tsukiji Tokyo Japon
 Marché aux poissons Tsukiji (Quartier Tsukiji)

Etant arrivés trop tard pour la visite du marché aux poissons Tsukiji en intérieur, nous nous contentons (et c'est déjà très bien) de nous balader au fil des rues du marché extérieur. 

L'ambiance y est hyper sympa, il y a des stands tout le long des rues avec les poissons à vendre, les mini calamars en sucettes, les huîtres géantes, les Saint-Jacques cuites au barbecue, les beignets de crabes....
N'aimant pas le poisson, je me surprends malgré tout à avoir envie de goûter ce que je vois !!
Alors c'est parti, on prend des Saint-Jacques à un stand, puis des boules de crabes à un autre...

Odaiba Tokyo Japon
 Odaiba

Pour arriver jusqu'à la presqu'île d'Odaiba, il faut emprunter le monorail automatique de la ligne Yurikamome.

Juste le fait de prendre ce monorail est particulier. Il est en hauteur et on a l'impression d'avance au beau milieu des immeubles qui nous entourent.
On arrive enfin près de la baie de Tōkyō où l'on fait une énorme boucle afin de se surélever à nouveau pour atteindre le niveau du pont qui va nous permettre de rejoindre Odaiba.
Mettez-vous tout devant le monorail pour pouvoir profiter de la vue durant ce petit circuit.

Odaiba n'est pas vraiment un quartier résidentiel mais plus un quartier d'activité. Il y a pleins de magasins, des salles d'arcades, des musées, une grande roue, une statue de la liberté, une plage...

Mori art Museum Odaiba Tokyo Japon
 TeamLab Borderless Mori building digital art museum (Quartier Odaiba) 3200JPY/adulte

Un des musées très à la mode d'Odaiba (et surtout très à la mode d'Instagram), c'est le TeamLab Borderless Mori building digital art museum.
Préparez-vous à une file d'attente d'au moins 1 heure voire plus pour rentrer dans ce musée digital mais ça vaut le coup car nous l'avons trouvé très original et n'avons vu ceci nul par ailleurs.

Dès le début, on vous explique que c'est un musée immersif. Il y a différentes salles à l'intérieur mais aucun plan mis à disposition car c'est aussi basé sur le concept de chercher et de découvrir ces différentes salles.
On pénètre alors dans l'obscurité et on tombe sur une première salle avec des recoins, des miroirs aux murs et des projections florales dynamiques. On continue puis on arrive dans une pièce avec de grands lasers blancs, une autre avec une forêts de ballons lumineux, encore une avec des fils lumineux tombant du plafond et se reflétant sur un sol en miroir...

Toutes les salles sont différentes et apportent une sensation de féerie et créent une véritable beauté visuelle.

Pour certaines salles et attraction, il faudra faire un peu de queue car ils limitent le nombre de personnes pour que chacun puisse profiter sans que les pièces soient bondées.

Je vous conseille ce petit musée numérique qui vaut le coup d'oeil car il est vraiment différent des musées que l'on peut voir.

Meiji Jingu temple Tokyo Japon
 Meiji jingū temple et parc Yoyogi (Quartier Harajuku)

Le sanctuaire de Meiji jingū est un véritable bol d'air frais à Tōkyō.
Il s'agit d'un sanctuaire Shintoïste, caractérisé par la présence d'un grand Torii en bois de cyprès à l'entrée : Les torii shinto marquent la séparation entre le monde des humains et celui des dieux. Il faut donc s'incliner en passant ces Torii.

Dès l'arrivée, on tombe sous le charme du sanctuaire. Le Torii et le parc sont splendide. Ici c'est tout calme et on a vraiment l'impression d'être isolé de la ville.

Au bout de quelques mètres, on arrive sur une allée bordée d'un côté par des fûts de vin aux noms forcément très français et de l'autre côté, un mur de fûts de saké.

On continue notre chemin jusqu'au temple où l'on retrouve les plaques de bois, les Ema comme au temple bouddhique. 
Dans les temples shintoïstes, il y a à l'entrée une fontaine pour se purifier, un temizuya. 
A l'aide d'une louche, on verse de l'eau dans sa main droite, puis la gauche et enfin on se rince la bouche.
Il y a également la même façon de prier par rapport aux bouddhistes (Offrande d'argent, et cloche à faire sonner), à la différence près qu'il faut taper deux fois dans ses mains après s'être incliné afin de pouvoir manifester sa présence à la divinité du temple.

Kawaï monster café Tokyo Japon
 KawaÏ Monster Café (Quartier Harajuku)


Après s'être ressourcés dans le parc Yoyogi, on retourne dans le Tōkyō déjanté et survolté en allant manger au Kawai monster, à quelques pas du parc.

Le contraste entre notre moment paisible et vivifiant nous scotche à nos chaises et on regarde hébétés toute cette déco dingue crée par le styliste Sebastian Masuda.

On est complétement plongé dans l'univers Kawaii avec toutes les couleurs qui explosent dans tous les sens, le spectacle des monsters girls, les plats ultracolorés dont on a plus l'impression qu'ils sont faits à base de pâte à modeler plutôt que de légumes...

C'est sûr, c'est unique à voir car totalement inhabituel mais sur place on se demande quand même ce que l'on fait ici tant le concept est poussé à l'extrême. Ca semble surréaliste, loin du Japon traditionnel et c'est assez déstabilisant je trouve.

A savoir aussi est que la journée est plutôt axée pour les familles mais le soir, il a des shows burlesques destinés cette fois aux adultes.


Enoshima

Enoshima Kamakura Japon
 Enoshima

Le début du périple commence !! On quitte Tōkyō pour aller dans la région de Kamakura.
On dépose simplement nos sacs à l'hôtel pour aussitôt reprendre le train vers l'île d'Enoshima, à 25 minutes de là.

Il faut un peu marcher et traverser un pont pour arriver sur l'île. Et la petite grimpette commence pour rejoindre le Enoshima Samuel cocking garden au sommet. 
On y croise un grand Torii, quelques temples et on arrive finalement au jardin où se trouve une grande tour, la Enoshima sea candle.

On continue de marche jusqu'à rejoindre la mer en contre-bas.

Nous avons dû nous dépêcher pour faire cette visite car nous sommes arrivés en milieu d'après-midi donc nous n'avons pas pu malheureusement plus profiter des lieux.

Plan Enoshima Japon

Kamakura

Engaku-ji Kamakura Japon
 Engaku-ji 300JPY/adulte

Pas très loin de notre hôtel se trouve le Engaku-ji, un temple bouddhique de 1284.
Il fut construit en l'honneur des Japonais et Mongols qui sont morts pendant la double tentative d'invasion (1274 et 1281) lancée par le chef mongol Kubilaï Khan.

On visite le temple et juste avant de ressortir, une horde d'écolier se jette sur nous !! Les jeunes japonais nous demandent si on est d'accord pour répondre à des questions qu'ils nous poseront en anglais. On se prête au jeu des "what's your name", "Where do you come from", "what is your favorite japan's meal"... A la fin, la dernière écolière nous tend un pliage en origami en guise de cadeau et nous demande une photo souvenir. Il y aura donc nos têtes dans les cahiers d'anglais de quelques élèves japonais !!

​Chemin de randonnée de Daibutsu Kamakura Japon
 Chemin de randonnée de Daibutsu 3 kms, 1 heure 30

On traverse la route pour rejoindre le point de départ d'une rando au travers de la forêt pour rejoindre le grand bouddha de Kamakura.
Il s'agit du Kuzuharaoka-Daibutsu hiking course qui part du temple Jochi-ji.

On traverse la forêt ponctuée par des petits arrêts à différents temples comme par exemple le Zeniarai-benten, un temple à la fois bouddhiste et shintoïste.
La particularité de ce temple est qu'il est caché au milieu des roches et des petits sanctuaires se trouvent cachés dans des grottes.

En continuant le chemin, on fait une autre halte à une statue de Yaminoto no Yoritomo qui fut le fondateur et le premier shogun du shogunat de Kamakura. La statue se trouve au milieu d'une parcelle déboisée avec plusieurs peintres venus immortalisé encore un peu plus ce personnage historique.

La fin du chemin sera marquée par une succession de toriis vermillon serpentant au travers de la forêt jusqu'à brusquement déboucher sur la route.

Daibutsu hiking course Japon
Great Daibutsu Kamakura Japon
 Great Daibutsu de Kōtoku-in 200JPY/adulte (+20JPY/adulte pour entrer dans le bouddha)

Nous voici enfin au great Daibutsu, un bouddha de bronze de 11,4 mètres de haut.
Autrefois couvert par un pavillon, il est désormais à l'air libre depuis qu'un tsunami en 1498 ravagea son abri. Avec ses 850 tonnes, lui ne bougea pas.
Etant à l'extérieur, le bronze vira au vert.

Ce jour-là, des moines bouddhistes sont venus sur le site pour visiter le temple, donnant un aspect encore plus spirituel au lieu.

Ce bouddha est vraiment magnifique et on reste de longues minutes à le contempler. Et si l'envie vous en vient, sachez qu'il est possible de visiter l'intérieur du bouddha.

Temple Hase-Dera Kamakura Japon
 Temple Hase-Dera 300JPY/adulte

Pas loin du great Daibutsu se situe le temple Hase-Dera, un temple bouddhiste qui abrite une statue de 9 mètres de Kannon, la déesse de la miséricorde.
Le temple est majestueux et la statue de Kannon, recouverte de feuilles d'or, l'est tout autant.
C'est un souvenir qui restera uniquement dans la mémoire car les photos sont interdites à l'intérieur du temple.

Pas loin du temple se trouve un point d'observation pour voir la baie de Tōkyō.
Le temple abrite aussi un superbe jardin à la japonaise qu'il ne faut pas manquer de visiter.

​Sanctuaire de Tsurugaoka Hachimangū Kamakura Japon
 Sanctuaire de Tsurugaoka Hachimangū

Au cœur de Kamakura se trouve un immense sanctuaire shintoïste, le Tsurugaoka Hachimangū.
On trouve le chemin facilement car de grands Torii rouges montrent le chemin depuis la rue principale de Kamakura.

Le temple est comme toujours splendide, d'un rouge éclatant !!
Il est au centre d'un très grand parc où la balade est très agréable.

Hakone

FreePass Hakone Japon
 FreePass Hakone 5700JPY/adulte/2 jours

Si comme nous vous comptez vous rendre à Hakone, pensez à vous acheter le FreePass Hakone pour bénéficier d'un tarif plus intéressant sur les transports de la région (Le JR pass ne fonctionne pas dans la région).
Pour cela, aller le retirer à l'Odakyu sightseeing service de la gare d'Odawara. Ils vous remetteront aussi un tas de brochures et de cartes pour découvrir Hakone.

Il y a différentes formules de pass. Nous, nous avons opté pour le pass de deux jours qui permet de bénéficier pour toute la durée des 8 réseaux de transports de la région de manière illimitée. 
Vous pourrez donc prendre le train, le funiculaire, le bus, le téléphérique mais aussi les "bateaux pirates" du lac Ashi. 

Lorsque l'on a retiré les pass, on a eu la chance de tomber sur un guichetier qui parlait parfaitement français. On lui explique alors ce que l'on compte faire et en lui disant que nous voulons aller voir la vallée volcanique d'Owakudani, rejoindre le lac Ashi et revenir en téléphérique. 
Il nous informe que toute la zone des fumerolles est interdite à cause d'un risque élevé d'activité sismique. Il faudra donc rejoindre le lac en prenant le bus et revenir aussi par une navette qui remplace le téléphérique, lui aussi fermé vu qu'il passe juste au-dessus d'Owakudani.

Plan FreePass Hakone
Hakone museum open air Hakone Japon
 Hakone museum open air 1600JPY/adulte

Ouvert en 1969, le musée d'art contemporain d'hakone en plein air est un lieu unique.
Le cadre est incroyable, on se trouve en plein cœur des montagnes avec des sculptures et oeuvres d'arts réparties dans tout le parc.

Les œuvres sont très originales et c'est un vrai plaisir de les découvrir tout en se baladant dans ce si bel endroit.
On peut monter dans une sorte de phare recouverts de vitraux et ainsi avoir une vue sur l'ensemble du musée.

Il y a aussi une galerie intérieure dédiée à Picasso avec différents types d'œuvres tels des poteries, dessins...

​Tori sur le lac Hakone-jinja Hakone Japon
 Hakone-jinja & Tori Ashinoko

On emprunte un bus depuis le musée pour descendre jusqu'au bord du lac et on se dirige vers le sanctuaire Hakone-jinja.
Le chemin est très sympa car on entre dans une forêt de cèdres pour rejoindre le sanctuaire.

Ce sanctuaire est aussi très connu grâce à son Torii flottant dans le lac Ashi, en contrebas du sanctuaire.
Forcément, chacun en veut de sa petite photo devant le Torii alors une file d'attente se crée pour chacun puisse tranquillement en profiter.
Evidemment, ça perd de son charme mais c'est le revers de la médaille. Les lieux magnifiques sont prisés et il faut savoir patienter et partager avec les autres.

L'autre côté qui m'a déçue à cet endroit est la présence de pédalos sur le lac, enfin surtout, l'aspect de ses pédalos : De gros canards rose ou jaunes en plastiques qui se mettent juste devant le Torii, dénaturant cette fois-ci complètement l'aspect traditionnel des lieux.

Lac Ashi Hakone Japon
 Lac Ashi

Après la visite du sanctuaire, on se dirige vers le port pour prendre l'un des trois superbes bateaux pirate qui naviguent sur le lac.

Cela permet d'une part de profiter du bateau en lui-même, de rejoindre l'autre côté du lac et surtout de profiter de la vue du Torii flottant depuis le lac.
Par temps dégagé il est possible de voir le Mont Fuji depuis le lac mais on avait quelques nuages nous empêchant de voir à quoi il pouvait ressembler.

 Mont Fuji

 Mont Fuji par la voie Subashiri-guchi Japon
 Mont Fuji par la voie Subashiri-guchi 

Après notre journée à vadrouiller dans Hakone, on enchaîne avec un bus direction Gotemba pour laisser nos gros sacs à l'hôtel non pas du soir, mais du lendemain. En effet, ce soir, pas de repos, on compte faire l'ascension du Mont Fuji de nuit !! 
Il s'agit donc d'une énorme journée, voire même de deux en une !!
Le seul temps de répit qu'on ait sera le temps de trajet en bus qui relie Gotemba station jusqu'à la 5ème station Subashiri du Fuji.

Si vous aussi vous voulez faire l'ascension de nuit, faites attention d'une part aux recommandations concernant le Fuji (Météo, accès, équipements, activité volcanique...) sur le site Fujisan-climb et d'autre part aux horaires des bus que vous pouvez retrouver sur Japan-guide

On a donc pris le dernier bus et nous sommes arrivés à 18h30 à la cinquième station Subashiri, le point de départ de notre rando.
A vous de voir quel chemin vous souhaitez emprunter : Il y a 4 voies différentes, de durée et de difficulté variable mais l'élément à prendre le plus en compte après coup est surtout l'affluence (J'y reviendrais juste après !!).

On avait vu que pour la voie Subashiri, l'ascension prenait 6 heures et la descente 3, que cette voie était bien desservie en transport, que l'ascension était relativement simple et se faisait flanc Est (donc du côté du lever du soleil) et que cette voie était beaucoup moins empruntée que la voie Yoshida, très populaire.
Faites bien attention à la fréquentation des différentes voies car l'ascension n'est possible que durant les mois d'été donc l'affluence est très importante à cette période et amplifiée par le fait que les Japonais sont en vacances et en profitent pour effectuer l'ascension.
Voilà pourquoi nous avons opté pour cette voie.

Etant arrivés à 18h30, l'ascension mettant 6 heures et le soleil se levant à 5h, nous avons du temps devant nous pour nous reposer un peu et surtout nous restaurer afin d'être un minimum en forme.

Ayant fait l'ascension du Rinjani en Indonésie deux ans auparavant qui était une ascension très difficile, on se dit tous les deux qu'on a l'impression de prendre un peu trop à légère la difficulté du Mont Fuji. Et ce sentiment s'est avéré vrai, en effet !!!

Subashiri Trail Mount Fuji
Ascension nocturne Mont Fuji voie Subashiri-guchi Japon
 Ascension nocturne Mont Fuji  1000JPY/pers pour préservation du Mont Fuji 11,7 kms avec 1744 mètres de dénivelé +, 9 heures Aller 

Voilà, c'est le moment !! Il est 20h, il commence à faire un peu froid (Nous sommes à 2000 mètres d'altitude) et on se dit que l'on va commencer l'ascension, comme ça on pourra prendre notre temps (et aussi, on évitera le mal des montagnes plus facilement).

On se réchauffe rapidement et les premiers instants de marche ne présentent pas de difficultés particulières. On y va à un rythme tranquille et on s'arrête même de longues minutes pour profiter d'un feu d'artifice qui se tire dans une ville tout en contrebas du Mont Fuji. L'instant est incroyable, on surplombe complètement le feu d'artifice depuis le plus célèbre des volcans du Japon !!

On continue jusqu'à arriver à la 6ème station, qui était à une heure de marche sur notre plan et on voit que l'on a déjà mis plus de temps que le temps annoncé. Là on se rend compte que l'on a bien fait de partir dès 20h car on mettrait clairement plus de temps que prévu.

Prévoyez bien de quoi vous couvrir, gants, écharpe, polaire, doudoune car avec la fatigue, le froid et l'altitude, il faut bien s'équiper.
N'oubliez pas non plus d'emporter pas mal d'eau avec vous et de la nourriture car la nuit, les stations que vous croiserez seront toutes fermées. 
Après coup, on s'est rendu compte que l'on n'avait quasiment rien bu ni mangé, sans doute à cause de la fatigue, alors forcez-vous à bien vous hydrater et à grignoter.

On marche des heures et des heures, la fatigue commence à se faire ressentir et lorsque l'on aperçoit les lumières de la prochaine station, la prochaine pause, on a l'impression que l'on arrivera jamais à l'atteindre, qu'on n'arrive pas à s'en rapprocher !!
A chaque fois, on s'y pose quelques instants pour manger un morceau de barre chocolatée mais le froid saisissant nous oblige à vite se relever pour pouvoir réchauffer nos carcasses.

On est content d'arriver à la 8ème station car on sait qu'elle est notre dernière étape avant l'arrivée au sommet. Il est environ 2h30 et la dernière portion prend 80 minutes mais on sait qu'on mettra un peu plus vu la fatigue qui commence à nous assommer. Mais pour le lever du soleil à 4h30, le timing devrait être parfait !!
Enfin, c'est ce qu'on pensait avant de se rendre compte que notre voie rejoignait le Yoshida Trail pour cette dernière section, soit la voie la plus empruntée.
Et là, un flot continu de Japonais et de touristes !!! Un vraie autoroute cette voie !! Mais pas l'autoroute sympa au trafic fluide, l'autoroute de départ en vacances avec des bouchons à n'en plus finir !!

C'est exactement ce qu'on a eu : Un bouchon à 3350 mètres d'altitude sur le Mont Fuji !! Incroyable de voir la quantité de personnes à cet instant. 
Forcément, on ne progressait quasiment plus, juste du pas à pas... 
C'est le moment qui nous a littéralement cassé : On a eu un coup de fatigue comme jamais nous n'avions eu, il y avait beaucoup de vent et nous avions froid malgré nos doudounes, nous avions la sensation de ne plus avoir de force du tout, bref nous étions épuisés.

Cette dernière portion nous a pris des heures interminables, à tel point que le soleil a pointé son nez alors que nous étions encore sur les pentes à juste quelques mètres du sommet.
Nous avons donc loupé la petite cérémonie rituelle que les Japonais font au lever du soleil.

En arrivant enfin au sommet à 5h30, nous nous sommes écroulés sur un banc pour dormir avec le soleil qui commençait à nous réchauffer.

Descente Mont Fuji voie Subashiri-guchi Japon
 Descente Mont Fuji  11,7 kms, 5 heures Retour

Après cette mini sieste qui nous aura fait le plus grand bien même si la fatigue était encore présente, on profite enfin de la vue qu'offre le Fuji depuis ses 3376 mètres d'altitude.
On a de la chance, le temps est dégagé et on a une vue superbe sur le lac en contrebas.

On va aussi voir l'intérieur du Fuji depuis les crêtes du cratère mais juste depuis un seul endroit. Nous voulions faire le tour du cratère qui se fait en environ 1 heure mais notre état de nous a pas permis de le faire. On était vraiment à bout de force et sentions déjà que l'on avait un peu trop forcé. Ce n'est déjà pas très sérieux d'avoir enchaîner une journée de visite avec l'ascension alors ne prenons pas plus de risques que nécessaire.

Après notre petit tour, on décide de prendre le chemin du retour. Là ils annoncent 3 heures de descente, donc on pense que cette fois la durée est fiable. Maiiiiss noooon !!!! Sachez que le temps est vraiment minimisé à mon avis, prévoyez plus large : Nous avons deux heures de plus pour redescendre sans avoir la sensation d'avoir effectué de longues pauses.
De plus, on se dit que comme on descend, ce sera forcément plus facile, et bien nooooonn pluuuuss !!!

La descente se fait sur des chemins parallèles à ceux empruntés à l'aller. Ce sont comme de grandes pistes de cailloux plus ou moins gros mélangés à de la cendre volcanique. C'est donc à moitié mou et les pentes sont assez raides. 
Il faut donc se laisser aller à trottiner dans ses cendres, les talons en premier.
On avait déjà fait ça sur les pentes de l'Etna, c'est assez marrant et effectivement en descend beaucoup plus vite.

On a en tête les trois heures de descente alors, on galope jusqu'à la prochaine station. Là on voit le temps qu'on a mis pour la rejoindre on encore une fois, on comprend que ça va être plus long que prévu.
Pas grave, c'est marrant de descendre comme ça !!! 

On profite de la splendide vue au passage mais rapidement, on commence à avoir mal aux cuisses, aux chevilles qui se tordent sur de gros cailloux, et bizarrement, la descente s'avère beaucoup moins marrante jusqu'à arriver au stade où c'est totalement l'enfer !! 
Les jambes sont douloureuses, on se prend de la poussière de cendres dans le visage depuis des heures et on n'en voit pas le bout.

On arrive enfin au bout de la rando, à une petite buvette où on fait une grosse pause. 
On en profite pour retirer tous les cailloux des chaussures, et voir l'étendue des dégâts avec les cloques qui se sont formées. 

Au bout de quelques minutes, notre cerveau se remet en route et on se dit que l'on n'a pas passé la portion de forêt du départ : Nous n'avons pas fini !!!
On remet nos chaussures de rando et là les derniers kilomètres pour rejoindre la 5ème station Subashiri fût un vrai calvaire pour mon chéri. Notre pause nous avait bien refroidis et le pauvre avec ses cloques partout s'est retrouvés avec les pieds en sang.

A notre arrivée, un petit comité d'accueil était là pour nous féliciter d'avoir grimpé jusqu'en haut, ne manquant pas non plus de nous dire que nous avions l'air très fatigués : Bah oui les gars, c'est le cas, Le Fuji nous en a fait baver c'est certain !!!

Ce fût un très gros défi sportif et nous sommes très heureux de l'avoir accompli mais comme dit un célèbre diction Japonais "Celui qui gravit le Mont Fuji une fois est un sage, celui qui le fait deux fois est un fou" !!! 
Ce proverbe est tellement vrai !! Ce fût très difficile mais c'est ce qui permet d'en obtenir aussi une plus grande satisfaction !!

Gotemba

Bambouseraie d'Arashimyama Kyoto Japon
 Séisme du 4 Août 2019

Après cette véritable expédition au Mont Fuji, on rentre exténués à Gotemba où nous avons prévu de nous reposer.

On file à l'hôtel mais avant, une lessive s'impose : On met tout à laver, on attend la fin du cycle, on étend notre linge comme on peut un peu partout dans la chambre et on file faire une bonne sieste.

On se met un réveil autour de 19h histoire de garder notre rythme et surtout d'aller prendre un bon repas mais on a du mal à émerger à notre réveil, on traîne un peu dans le lit.

Quelques minutes après, je demande à mon chéri d'arrêter de bouger car il fait bouger tout le lit et là il me répond "mais c'est pas moi je ne bouge pas du tout". On regarde autour de nous et on voit nos chaussettes étendues sur la télé en train de remuer de gauche à droite.
On comprend immédiatement que la terre est en train de trembler. Ce n'était pas fort et rapide mais très bizarre.

Effectivement, on regarde sur internet et on voit qu'un séisme de magnitude 6,3 vient d'avoir lieu dans la région de Fukushima, l'endroit où il y a eu l'accident nucléaire en 2011.
Au départ on se dit que c'est impossible, nous sommes vraiment beaucoup trop loin pour le ressentir mais c'est bien le cas, ce séisme s'est ressenti jusqu'à 250 kms au Sud, donc jusqu'à nous.

Kyōto

Tenryu-ji Kyoto Japon
 Tenryu-ji (Quartier Arashiyama) 500JPY/adulte pour jardin ou 800JPY/adulte pour temple et jardin
Nouvelle grosse étape aujourd'hui : Kyōto !!
On débute alors la découverte de la ville par la visite du temple bouddhisteTenryu-ji et surtout de son magnifique jardin.

Ce temple semble isolé au milieu de la nature, donnant un sentiment de quiétude.
Bambouseraie d'Arashimyama Kyoto Japon
 Bambouseraie d'Arashiyama (Quartier Arashiyama)

Accolé au Tenryu-ji se trouve la célèbre bambouseraie d'Arashiyama.
Un petit chemin d'environ 500 mètres passe au beau milieu de la forêt de bambous.

Dès que le vent se lève, on les entend s'entrechoquer en un bruit tout doux.
Obligés d'incliner la tête en arrière pour voir la hauteur de tous ses bambous mais difficile d'en saisir toute la grandeur avec l'appareil photo.

Nous avons par contre été surpris par la surface de la bambouseraie : J'avais en tête une immense forêt de grosses tiges vertes sur une grande superficie mais c'est assez petit et on arrive très rapidement au bout de ses 500 mètres de chemin.

Monkey forest Kyoto Japon
 Monkey park Iwatayama (Quartier Arashiyama) 550JPY/adulte

On traverse la rivière Katsura par le pont Togetsu-kyō pour rejoindre la forêt des singes.
Par chance, on arrive quelques minutes avant la fermeture et on fait le chemin qui monte jusqu'à la colline d'un pas décidé.

Sur le chemin, on ne voit aucun singe mais à notre arrivée à la cabane d'observation, il y en a des dizaines autour de nous, habitués à recevoir de la nourriture des touristes.
Les macaques voient souvent des touristes donc s'en approchent assez facilement pour essayer de chaparder quelque chose, donc faites attention à vous. Ce sont des animaux sauvages alors il faut garder une certaine distance et ne pas les effrayer ou les poursuivre.

A cet endroit, vous aurez un magnifique point de vue sur Kyōto et ce parc vaut le coup en grande partie pour ça.

Gion, quartier des Geishas Kyoto Japon
 Gion, quartier des Geishas (Quartier Gion)

Le soir venu, on décide d'aller se promener dans le quartier de Gion, un quartier réputé pour avoir des chances de croiser une Geisha dans ces rues.
C'est dans ce quartier que les Geishas viennent travailler. Après avoir appris le chant, la danse, la cérémonie du thé... elles se retrouvent dans des sortes de bars ou salons de thé pour être en quelque sorte, des dames de compagnies pour leurs clients.
Elles doivent aussi avoir une bonne culture générale pour pouvoir avoir une riche conversation avec ses mêmes clients.

Le métier de Geisha est reconnu par le gouvernement mais leur interdit la prostitution. Mais lorsque l'on voit toutes les fenêtres du quartier recouvertes, on se dit qu'un tel niveau de discrétion doit bien cacher cet aspect officieux.

Lorsqu'on parcoure la rue, on voit des pancartes expliquant comment se comporter avec les Geishas : Il ne faut pas leur parler ni les arrêter et il est possible de les photographier de manière discrète.
Pour notre part, on aura profité de l'atmosphère de cette rue mais nous n'aurons vu aucune Geisha.

Tōfuku-ji Kyoto Japon
 Tōfuku-ji (Quartier Higashiyama) 400JPY/adulte

Encore un temple de bon matin, cette fois on visite le temple bouddhique Tōfuku-ji.
C'est un grand complexe composé de plusieurs bâtiments.

Ne pas louper la porte Sanmon mais aussi le jardin sec tout autour du temple : Il s'agit de petits cailloux bien ordonnés à l'aide de sillons, comme les mini-jardin zen dans lesquels on trace ces sillons avec un mini râteau.
​Fushimi Inari-taisha Kyoto Japon
 Fushimi Inari-taisha (Quartier Fushimi) 4 kms, 2 heures 

Un des lieux les plus emblématiques de Tokyo est le sanctuaire Shinto Fushimi Inari-taisha, dédié à la déesse Inari.

Ce sanctuaire est situé sur une colline de 233 mètres de haut.
Le parcours est une boucle de 4kms qui progresse jusqu'en au haut le colline. Tout au long, on passe sous de magnifiques Torii vermillon : Il y en aurait près de 10 000 dans le sanctuaire !!

Les Torii sont en fait des dons effectués pour la plupart par des particuliers qui déboursent entre 175 000 et 1 302 000 ¥ par Torii. Les inscriptions que l'on trouve dessus sont simplement le nom du donateur du Torii.

Comme vous vous en doutez, étant très photogénique, les premiers Torii en bas du sanctuaire sont pris d'assaut et il y a un monde fou. Si vous voulez profitez du sanctuaire et avoir un peu plus de tranquillité, il faudra grimper en haut de la colline, là où les moins téméraires ne vont pas !

Tout au long vous trouverez des boutiques et des distributeurs de boissons, alors plus d'excuses pour ne faire l'intégralité du sanctuaire !

Plan Fushimi Inari Taisha
Nijō-jō Kyoto Japon
 Nijō-jō (Centre ville) 600JPY/adulte

Le magnifique château Nijō-jō se trouve en plein centre-ville de Tokyo.
Il s'agit d'un château construit pour le premier shogun de la dynastie Tokugawa.

L'endroit est vraiment très beau à voir : Un jardin splendide, des fortifications aux coins d'un blanc immaculé et de larges douves entourant le château.

Ponto-chō Kyoto Japon
 Ponto-chō (Quartier Gion)

A seulement quelques rues de Gion se trouve Ponto-chō, un autre endroit où il y a des chances pour croiser un Geisha (Là encore, échec cuisant pour nous !).

C'est un quartier très animé dans lequel on trouve bon nombre de boutiques et restaurants, parfait pour y passer une soirée.

Sanjūsangen-dō Kyoto Japon
 Sanjūsangen-dō (Quartier Higashiyama) 600JPY/adulte

Un des temples qui nous a le plus surpris au Japon est le temple bouddhiste Sanjūsangen-dō.
D'extérieur, il n'a rien de particulier mais l'intérieur nous a vraiment impressionné : 1001 statues dorées qui représentent les divinités bouddhistes bien alignées sur plusieurs rangées.

C'est saisissant de voir autant de statues similaires regroupées ainsi.
Devant ces statues se trouvent aussi 28 autres représentant les serviteurs de Kannon (Chacune d'elle possède une plaque descriptive et explicative) et deux gardiens que l'on retrouve souvent dans les temples bouddhistes : Raijin, le dieu du tonnerre, et Fūjin, le dieu du vent. 

Au milieu du temple se situe une grande statue qui représente Jūichimen Senju Kannon où les moines effectuent leurs rituels et prières durant la journée.

Cette photo n'est pas la nôtre car il est interdit de photographier l'intérieur du temple.

Kiyomizu-dera Kyoto Japon
 Kiyomizu-dera (Quartier Higashiyama) 400JPY/adulte

Sur les hauteurs du quartier Higashiyama se trouve le complexe Kiyomizu-dera : Un ensemble de temples bouddhistes et Shinto.

On y trouve une superbe Pagode à trois étages et juste derrière se trouve un temple qui offre une vue sublime sur la ville depuis une plateforme.

La balade continue après le temple, il y a un petit chemin qui permet d'avoir un autre point de vue sur Kyōto et de voir aussi la cascade Otowa-no-taki.
A la fin du chemin, on retourne sur des rues piétonnes très sympas où se trouve un tas de commerces.

Maruyama-kōen Kyoto Japon
 Maruyama-kōen (Quartier Higashiyama)

En repartant du Kiyomizu-dera, on fait un petit tour dans le Maruyama-kōen, un très beau jardin où les Japonais aiment pique-niquer et visiblement se faire photographier en habits traditionnels.

Ce lieu est encore plus prisé au printemps car il regorge de cerisiers en fleurs à ce moment-là, les fameux Sakura.
Juste à côté se trouve le temple Chion-in.
Le pont Shinkyo Nikko Japon
 Promenade de la philosophie Tetsugaku-no-Michi 

Une balade super sympa à faire à Kyōto est la promenade de la philosophie qui débute près du temple Eikan-dō jusqu'au temple de Ginkaku. 
Cette promenade s'appelle ainsi à cause du philosophe Nishida Kitarō qui venait méditer en marchant ici.

On suit alors un chemin qui longe le canal de dérivation du lac Biwa en se faisant poursuivre par un ciel de plus en plus noir et de gros grondements et forcément, on finit par se prendre une grosse averse à notre arrivée au Ginkaku-ji.

Plan Promenade de la philosophie
Kinkaku-ji, le pavillon d'or Kyoto Japon
   Kinkaku-ji, le pavillon d'or (Quartier Kita) 400JPY/adulte

Nous voulions au départ rejoindre le pavillon d'or depuis le Ginkaku-ji en effectuant les 4kms à pied mais la pluie nous fera opter pour un taxi. Et par chance, le temps de faire le trajet, on arrive sous un beau soleil !!

On profite alors pleinement de la beauté du Kinkaku-ji et de son reflet dans le lac qui le borde.
C'est l'un des plus beaux temples du Japon je trouve. Le fait d'avoir cette couleur dorée au milieu de cet environnement le rend particulièrement beau à nos yeux.
Cette couleur vient du fait que ses murs sont recouverts de feuilles d'or.

Nara

Nandai-mon Nara Japon
 Nandai-mon

Lorsque l'on souhaite aller au Todai-ji, il faut passer par la porte Sud avec le Nandai-mon, une immense porte qui abrite deux gardiens Nio de chaque côté.

Ils sont hyper imposants et impressionnants, juste un peu dommage qu'ils soient protégés par ce grillage peu esthétique.
Todai-ji Nara Japon
 Todai-ji 500JPY/adulte pour bouddha ou 800JPY/adulte pour bouddha et musée

C'est dans ce temple que se trouve le grand Bouddha en bronze de Nara.

Contrairement à celui de Kamakura, ce bouddha-ci est toujours protégé par l'enceinte du temple.
Il est aussi plus grand : 18 mètres de haut pour 250 tonnes.

Dès qu'on passe l'entrée du temple on tombe nez à nez avec ce magnifique bouddha, entouré de deux autres plus petits, des boddhisattva.

Dans le fond du temple se trouve deux statues de gardiens, toutes les deux très impressionnantes aussi.  Ce sont les rois célestes Tamonten et Komokuten.

Dans un des piliers du temple se trouve un petit trou à la base d'environ 50 cm : Les enfants passent au travers à cœur joie tandis que les plus fines personnes essayent aussi de s'y faufiler. Le fait de réussir à passer dans ce trou serait assuré de connaitre l'Eveil, atteindre le même niveau sagesse que le grand Bouddha.

Nara-Kōen Japon
 Nara-Kōen

Quand on se balade à Nara, il est impossible de passer à côté de son animal emblématique : les daims !!
Ils ne sont pas moins de 1200 à vivre dans le parc et il n'est pas rare de les voir traverser la route ou de s'allonger juste sur le bord de celle-ci.

Etant habitués à l'homme, ils ne sont pas du tout farouches, voire même un peu oppressants si jamais vous avez des Shika-sembei à leur donner !! Ce sont des sortes de petites galettes de riz dont ils raffolent. Si vous en acheter, vous pouvez être sûr de vous retrouver avec une horde de daims à vos trousses.

Ōsaka

Umeda sky building Osaka Japon
 Umeda sky building (Quartier Umeda) 700JPY/adulte

C'est dans le quartier d'Umeda que se situe les tours jumelles d'Ōsaka, l'Umeda Sky building. Ces tours sont reliées entre elles par une plateforme au niveau du toit.
En empruntant un ascenseur puis deux escalators, on arrive sur un roof top, pour admirer la vue depuis ses 173 mètres.

Ce bâtiment est assez récent car il sa construction s'est terminée en mars 1993.

Ōsaka-jō Osaka Japon
 Ōsaka-jō (Quartier Chuo-ku) 600JPY/adulte pour jardin et donjon ou 900JPY/adulte pour jardin, donjon et musée d'histoire

L'un des plus beaux endroits à Ōsaka est immanquablement son château.

Il faut parcourir une sorte de petit labyrinthe circulaire qui le borde pour pouvoir arriver jusqu'à lui : Soit à pied, soit en petit train pour les plus fatigués.

Une fois le parc et les douves passées, on grimpe encore un petit peu pour enfin pouvoir l'admirer de plus près.
Il est magnifique !!! Son aspect semble assez contemporain mais c'est normal, ce château fût plusieurs fois reconstruit : La dernière datant de la fin du XXème siècle seulement.

Je vous conseille d'aller visiter l'intérieur du château. On y trouve un musée très intéressant sur les différents niveaux jusqu'à arriver au dernier étage offrant un panorama sur Ōsaka.

Sanctuaire Hōzen-ji Osaka Japon
 Hōzen-ji (Quartier Dotonbori)

Il s'agit d'un temple bouddhiste situé d'une petite ruelle bordée de lanternes.
La particularité de ce sanctuaire est la présence d'une statue de Fudō Myōō qui est recouverte de mousse. En effet, pour s'attirer la chance, il est de coutume de jeter de l'eau à la statue.


Minami Osaka Japon
 Promenade à Minami (Quartier Dotonbori)

Le cœur touristique et animé d'Ōsaka se trouve à Dotonbori !!

Situé le long du canal Dotonbori-gawa, on serpente au milieu de la foule, entourés d'immenses panneaux publicitaires lumineux, d'enseignes géantes de crabe, pieuvres, poissons, vaches...

On a trouvé ce quartier génial avec ses rues hypers animés, ces commerces en tout genre et seulement à quelques pas d'ici, une petite ruelle traditionnelles bordées de lanternes.

Allez-y en fin de journée pour pouvoir profiter de la tombée de la nuit et ainsi du changement d'ambiance de Dotonbori.
Les enseignes s'allument, tout comme les lanternes qui bordent le canal.

L'endroit est parfait pour s'y balader et pour passer une excellente soirée.

C'est ici que vous y retrouverez le célèbre "Running man" de l'enseigne Glico : L'endroit le plus photographié de Dotonbori.

Tour Tsutenkaku Osaka japon
 Tour Tsutenkaku (Quartier Shinsekai) 

Ce matin, on arrive de bonne heure dans le quartier Shinsekai pour aller assister à un cours de cuisine.

Les rues commerçantes sont un peu comme à Dotonbori, avec de grandes enseignes explicites.

En plein dans ce quartier se trouve la tour Tsutenkaku qui faisait autrefois partie d'un parc d'attraction.
Cours de cuisine Osaka eat Osaka japon
 Cours de cuisine (Quartier Shinsekai) 7500JPY/adulte

On voulait absolument faire un cours de cuisine au Japon mais peu font le cours en Anglais. On a réussi à en trouver un chez Eat Osaka.
On a réservé cette activité à l'avance sur internet. Il y a deux formules différentes de cours : Street food ou Home cooking.

Pour notre part, nous avons opté pour le menu home cooking : Dans la maison d'une cuisinière Japonaise, on y apprendra comment faire de la soupe miso, une omelette japonaise, du porc au gingembre et des mochis en dessert.

Le plus de Eat Osaka est déjà que le cours est en anglais et surtout qu'il se fait en groupe très restreint : Nous étions 4 personnes et cela rend le cours tout de suite plus agréable.

On enfile nos tabliers, on se lave les mains et c'est parti pour la leçon !!

La cuisinière nous apprend que la cuisine en elle-même est importante mais que la façon de présenter et de découper l'est tout autant. Elle nous explique alors quel type de couteau utiliser et comment s'en servir pour faire de fins batônnets de carotte.

La cuisson de l'omelette s'est révélée très différente de chez nous car il s'agit de faire un "rouleau" de plusieurs couches d'omelettes.
On a également confectionné des mochi, ces petites boules de riz gluant, réalisés à partir de poudre de riz à diluer dans de l'eau pour arriver à la consistance finale.
On a réalisés une marinade au gingembre pour nos tranches de porc et une fois tout ça cuit, on est évidemment passé à table pour savourer tous nos bons petits plats !!

C'était hyper sympa à faire car la cuisinière était adorable et pleine d'humour. Elle nous a appris pleins de choses mais la diversité des ingrédients fait que l'on aura quand même du mal à pouvoir tout réexécuté chez nous.
Elle était vraiment géniale : Elle passait du temps à nous expliquer, puis allait faire sa vaisselle, rangeait notre matériel, et arrivait aussi à trouver le temps de nous photographier pendant le cours. Deux jours après, on recevait un lien pour pouvoir récupérer nos photos souvenirs : C'était vraiment parfait !!!

Grâce à elle, nous avons su que le soir même allait se tirer un énorme feu d'artifice à Ōsaka et qu'il ne fallait pas louper ça. On décide de suivre son conseil et le programme de notre soirée est alors tout trouvé !!

Chutes de Minoh Osaka Japon
 Chutes de Minoh

Après cette bonne matinée gourmande, on décide de s'éloigner un peu de la ville et de profiter un peu de la nature en allant jusqu'aux chutes de Minoh au Nord d'Ōsaka.

En 30 minutes de train seulement, on arrive dans une vallée où un parcours rejoins la cascade.
Le chemin est facile et la promenade hyper sympa.

Ça fait du bien d'être loin de l'agitation de la ville et d'être au beau milieu de la forêt.

Les chutes sont très jolies à voir même si elles sont loin d'êtres très impressionnantes : C'est plus l'ensemble du cadre qui fait la beauté des lieux.

Sur le chemin du retour, on se fait accoster par un Japonais curieux de savoir de quelle nationalité nous étions : On bavarde un peu et après nous avoir offerts des bonbons, on reprend la direction de la gare sous la mélodie d'un flûtiste qui semblait être dans la forêt.

Juste avant de prendre le train, n'hésitez pas à acheter dans une des boutiques la création culinaire du coin : Des momiji tempura (feuilles d'érable frites, avec du sésame).

Plan de la chute de Minoh
Festival feu d'artifice Naniwa Odogawa Osaka Japon
 Festival feu d'artifice Naniwa Odogawa

Sur les recommandations de la cuisinière d'Eat Osaka, nous voici sur les bords du fleuve Yodo-Gawa pour assister au festival du feu d'artifice Naniwa Odogawa.

C'est un festival qui a lieu chaque année depuis 1989 et dure environ 1 heure.

A la sortie de la gare, on comprend vite que c'est un gros évènement : Des dizaines de milliers de personnes viennent y assister !!

On se fraye un chemin au milieu de la foule, on salive devant les stands de street food et on arrive à se trouver une petite place où s'asseoir, sur les bords du fleuve. On est arrivés vers 18h soit près d'une heure avant le début du lancement pour être sûrs d'avoir une place assise. Heureusement car au bout de quelques minutes, les berges étaient remplies de monde, chaque mètre carré optimisé !!

Tout le monde à prévu le truc et aplatissent les herbes hautes sous leurs couvertures. Nous, nous sommes venus les mains dans poches alors on aplatit comme un peu les mauvaises herbes et on s'installe en tailleur.
Bizarrement, on entend des petits cris de surprise à gauche et à droite et on comprend rapidement de quoi il s'agit : Les herbes sont infectées de grosses cigales qui s'amusent à nous sauter dessus !!!

J'ai eu bien du mal à me faire à ses bestioles mais dès la nuit tombée et le début du feu d'artifice, je n'y ai plus pensé et j'ai savouré ce magnifique spectacle : 1 heure de fusées aux couleurs éclatantes, 1 heure de "whaaaa" de la part de tous les Japonais autour de nous, 1 heure de magie au-dessus des stands illuminés. C'était un moment incroyable et on s'est senti privilégiés de vivre ceci car on avait la sensation de partager ceci qu'avec les Japonais. Il y avait énormément de monde mais étrangement, nous n'avons croisés aucuns touristes.

A la fin du feu d'artifice, on appréhendait un peu le retour à la gare et le train en lui-même. Vu le nombre impressionnant de gens sur place, on avait peur que ce soit la folie mais les Japonais étant tellement bien disciplinés, tout s'est fait dans le calme, sans bousculade, dans l'ordre d'arrivée.

Hiroshima

Jardin Shukkei-en Hiroshima Japon
 Jardin Shukkei-en 260JPY/adulte

Nouvelle ville étape pour ces jours-ci : Hiroshima !!
On commence la découverte de la ville tranquillement en allant visiter le jardin Shukkei-en, un parc crée au XVIIème siècle pour le samouraï Asano Iwamatsu.
Depuis 1940, il est ouvert au public.

On y trouve un petit lac où vivent des tortues, un kiosque et un petit pont en pierre qui enjambe le lac.

Hiroshima-jō Hiroshima Japon
 Hiroshima-jō 370JPY/adulte

On marche ensuite jusqu'au château d'Hiroshima, surnommé le "château de la carpe" à cause de sa couleur noire et ses lattes de bois faisant penser à des écailles de poisson.

Il se trouve au milieu d'un parc, bordé de douves, qui abrite les vestiges du château d'origine qui fut détruit par la bombe atomique. Celui-ci fut alors reconstruit en 1958 et abrite un musée.


Dôme de la bombe A Genbaku Hiroshima Japon
  Dôme de la bombe A Genbaku


On se plonge finalement au cœur de l'histoire avec l'explosion de la bombe atomique qui ravagea Hiroshima le 6 Août 1945, à 8h15 du matin...
Dès notre arrivée devant le dôme de Genbaku, on sent une atmosphère spéciale, qui nous fait réaliser l'ampleur de l'horreur qui s'est produit ici il y a quelques années seulement.

A la base, ce bâtiment était le Palais d’exposition industrielle de la préfecture d'Hiroshima. Ce qui fait de lui quelque chose de spécial est le fait qu'il s'agisse d'un des rares bâtiment à ne pas s'être écroulé avec l'explosion de la bombe, tombée pourtant à 580 mètres au-dessus, et décalée de 130 mètres au sud-est. Il en reste quelques murs brûlés mais il reste surtout l'ossature métallique du dôme.

Il a été laissé en état pour mémoire du drame. Ce dôme est depuis classé au patrimoine mondial selon le fait que « le dôme est devenu un monument universel pour l’humanité entière, symbolisant l’espoir d’une paix perpétuelle et l’abolition définitive de toutes les armes nucléaires sur la terre ».

Dans une rue annexe se trouve une plaque indiquant l'hypocentre où la bombe explosa, à 580 mètres au-dessus de la tête.

Parc du mémorial de la paix Hiroshima Japon
 Parc du mémorial de la paix

Il y a un parc sur l'île juste à côté du dôme, le parc du mémorial de la paix.

Face au dôme, on peut apercevoir une photo montrant l'ancien bâtiment avant l'explosion afin de comparer avec le reste du bâtiment que l'on a désormais sous les yeux.

Il y a quelques sculptures commémoratives, un monument dédié aux enfants victimes de la bombe et deux cloches de la paix : On les fait sonner à l'aide d'un rondin de bois en mémoire à toutes les victimes.

Vers le fond du parc se trouve un monument très important, un cénotaphe pour les victimes qui conserve tous leurs noms. En se plaçant devant cette arche, on s'aperçoit qu'elle est alignée avec le dôme mais aussi la flamme de la paix. Celle-ci doit continuellement brûler et ne sera éteinte que lorsque la dernière arme nucléaire soit éradiquée de la planète.

Une petite file se forme pour aller se recueillir devant le cénotaphe. Nous le faisons à notre tour, trouvant cela important pour notre devoir de mémoire.

Musée du mémorial de la paix d'Hiroshima Japon
  Musée du mémorial de la paix d'Hiroshima 200JPY/adulte

On s'engage dans une très longue file d'attente pour visiter le musée du mémorial de la paix. Pas grâce si on fait la queue, cet endroit est incontournable pour nous afin de pouvoir plonger dans l'histoire et d'en apprendre plus, de réaliser les choses qui se sont produites.

Le temps passe assez vite car nous discutons avec une famille de français juste devant nous. 

Dès l'entrée du musée, on est plongé dans la vie d'Hiroshima le jour juste avant l'explosion de la bombe. Puis une maquette animée en image de synthèse nous place au niveau de la bombe qui s'abat sur Hiroshima et on vit le chaos qu'elle entraina à 8h15...

S'en suit au fur et à mesure de la visite des témoignages, des photos des rues dévastées, des gens brûlés, irradiés et bien sûr, morts...
On retrouve des vêtements, et des morceaux de bâtiments en guise de témoins.

Personne ne parle, tout le monde regarde les images et textes qui retracent ce drame. On se sent mal et triste face à ces horreurs. 
Le musée met aussi l'accent sur l'après-explosion et les conséquences des radiations sur la population, les gens qui ont perdus toute leur famille, les personnes mutilées à vie...

C'est sûr, cette visite est bouleversante mais à mon sens nécessaire.

Kawaï monster café Tokyo Japon
 K????


A


Miyajima

Tori flottant rouge Miyajima Japon
 Tori flottant vermillon

En seulement 30 min de ferry (valable avec le JR Pass), on accoste sur l'île de Miyajima avec son célèbre Torii flottant.
L'île de Myiajima est considérée comme sacrée par les Shintoïste et ce Torii marque la frontière entre le monde profane et le monde sacré.
Selon les heures, vous pourrez soit le voir en plein dans l'eau, soit y accéder à pied à marée basse.

Mais là, surprise, ce n'est plus un Torii flottant mais un échafaudage flottant que l'on voit !!!
En effet, depuis Juin 2019 le Torii est en réfection complète et ce jusqu'à une date encore indéterminée.

Au moins on pourra dire que l'on a vu ce Torii comme rarement on a pu le voir !!!

Temple Itsukushima-jinja Miyajima Japon
  Temple Itsukushima-jinja 300JPY/adulte

Qui dit île sacrée, dit forcément temple Shinto !! Juste derrière le Torii se trouve le temple Itsukushima-jinja, très reconnaissable grâce à ces piliers vermillons dont la couleur permettrait de repousser les esprits.

Armez-vous de patience pour la visite de ce temple car une grande majorité de visiteurs viennent sur l'île quasiment que pour lui.

Mont Misen Miyajima Japon
 Mont Misen 1000JPY/adulte pour un aller en téléphérique ou 1800JPY/adulte pour un aller-retour en téléphérique

L'île de Miyajima est assez vallonée et décide d'aller marcher sur le Mont Misen. 

N'étant là qu'une journée, on emprunte le téléphérique pour rejoindre le sommet du mont Misen et d'en redescendre à pied.

Je vous conseille cette façon de faire, comme ça vous pourrez profiter de la superbe vue depuis le téléphérique mais aussi de découvrir plus tranquillement le mont en le parcourant à pied pour le retour. Un bon compromis quoi !!

 Le téléphérique vous emmène à quelques mètres du sommet, il faudra faire le reste à pied pour arriver jusqu'à un observatoire qui domine toute l'île.
Les différentes vues sont à couper le souffle et la balade est extrêmement sympa à faire.

Il y a trois chemin différents, pour le retour nous avons pris celui de Daishō-in et lorsqu'on redescend on croise le chemin de plusieurs petits temples, ça permet de faire différentes haltes.

On passe aussi au travers de la Misen Primeval forest où vous aurez l'occasion de voir une affiche peu rassurante informant sur la présence de "mamushi", des vipères asiatiques dont la morsure est mortelle !!! En en voyant partout, j'avoue que ça m'a mis un petit coup de stress durant la traversée de cette forêt !!

Plan de l'île de Miyajima
Temple Daishō-in Miyajima Japon
 Temple Daishō-in

Au pied du Mont Misen se trouve le temple Daishō-in, un fantastique temple bouddhique composé de près de 500 représentations de Bouddha réparties un peu partout.

Après avoir passé le mon avec deux beaux Nio de chaque côté, on grimpe un escalier qui comporte des roues à Sutra, à faire tourner en même temps que l'on monte.

On découvre alors ce temple niché au milieu de la nature avec toujours une magnifique vue sur la baie.
Il y a pleins de choses à voir, des moulins à prières, des bouddhas, une déesse dorée, un Tengu, des mandalas...

Matsumoto

Matsumoto-jō Matsumoto Japon
 Matsumoto-jō 610JPY/adulte

Cette fois, on engage le chemin du retour de nos vacances. On effectue en Shinkansen les près de 700 kms qui séparent Hiroshima de Matsumoto, une ville aux portes des Alpes Japonaises.

Comme on ne tiens pas en place, à peine arrivés que l'on part déjà voir l'un des châteaux principaux du Japon, le Matsumoto-jō.
Il est aussi surnommé "le corbeau" à cause de sa couleur noire.

Il est entouré de larges douves et dispose d'un pont rouge vif qui contraste avec la couleur du corbeau.

Rue Nawate-dōri Matsumoto Japon
 Rue Nawate-dōri

Outre ce fabuleux château, il n'y a pas beaucoup de choses particulières à voir à Matsumoto. 

Vous pouvez néanmoins passer dans la rue Nawate-dōri, une ruelle commerçante qui longe la rivière Metoba-gawa.

On y trouve un grand Torii gris, un temple et des petites échoppes.

Kamikōchi

Randonnée de Kamikōchi Japon
 Randonnée de Kamikōchi, 13,5 kms, 4 heures 

Depuis Matsumoto, on rejoint Kamikōchi en 1h30 grâce à l'Alpico Line puis un bus. A cet endroit, on se trouve en plein centre des Alpes Japonaises.

C'est le point de départ de plusieurs randonnées pour longer la rivière ou pour gravir les pics montagneux qui nous entourent.
Nous on ne reste que la journée alors on emprunte le chemin qui longe la rivière.

Au départ de la rando se trouve le Kappa-bashi bridge, un pont très photogénique avec les montagnes en trame de fond.

C'est parti pour une bonne randonnée qui nous prendra toute la journée. 
Les chemins sont hyper bien balisés et on croise de nombreux randonneurs partis eux pour plusieurs jours de rando, avec leurs gros sacs et leur tente sur le dos.

On progresse jusqu'au Shinmura-bashi bridge : A cet endroit, plus un seul randonneur !! Nous sommes seuls près de la rivière, au milieu des montagnes. On a même un peu de soleil qui arrive pour nous faire profiter au maximum de l'instant. Ca fait tellement de bien d'être au milieu de la nature, au calme avec cette sensation d'être privilégiés de pouvoir profiter d'un tel endroit, de tels paysages à couper le souffle.

On commence à rebrousser chemin, mais avant, une pause repas s'impose et on profite d'un excellent repas chaud à Tokusawa. Un relais où tout le monde vient de restaurer et profite de faire une pause.

Lorsque l'on arrive au relais de Myojin, on bifurque à droite pour passer le Myojin-bashi bridge et rejoindre l'autre rive de la rivière Asuza-gawa. Pas très loin se trouve un temple et le lac Myojin-ike pond caché au milieu des bambous et sapins.
L'eau du lac est transparente et il y règne une atmosphère d'une grande quiétude.

Cette fois, on effectue la dernière portion de rando pour retourner à notre point de départ. On marche au milieu de la végétation sur deux planches de bois qui serpentent dans la forêt.

A notre arrivée, on se rend compte que nous sommes très nombreux à vouloir reprendre le bus vers la gare de Shinshimashima alors surtout n'oubliez pas d'aller au ticket office pour prendre un numéro d'ordre d'arrivée, comme chez le boucher !!! Selon votre ordre d'arrivée, vous n'aurez pas forcément le prochain bus mais peut-être celui d'après.

Ça va, nous nous avons attendus seulement 30 minutes que le bus d'après arrive mais on se rend compte que pas mal de personnes sont finalement venus randonnés à Kamikōchi et on se retrouve coincés dans un énorme bouchon !!
Au lieu d'une heure de trajet en bus, on passe près de trois heures à l'intérieur !! On commence à en avoir un peu marre et surtout à stresser un peu car on a peur de louper les derniers trains de Shinshimashima vers Matsumoto. 
On guette notre montre à l'approche de la gare et on se dit que c'est mort, on va louper de juste 5 minutes l'avant dernier train mais pour notre plus grand bonheur, la gare avait été prévenue des bouchons et a retardé un peut le départ pour que tous les gens de notre bus puisse partir avec ce départ !!! 

Pour les amoureux de la nature et des grands espaces, Kamikōchi est à mon avis un incontournable.
C'est une région magnifique et cela nous permet de voir cet aspect différent du Japon, celui plus proche de la nature. 
Par contre, faites attention à ne pas repartir trop tard si jamais vous ne logez pas sur place.

Plan Kamikochi

Nikkō

Typhon Krosa Japon
 Typhon Krosa

Pour nos deux derniers jours au Japon, on se fait un peu arroser par le typhon Krosa. 
Heureusement, nous sommes remontés au Nord-Est et on esquive le plus gros du typhon. On aura simplement nos deux jours à Nikkō sous un temps pluvieux.

Krosa ne présenta pas de danger majeur et a surtout impacté l'archipel d'Ogasawara qui est assez peu habité.

Le pont Shinkyo Nikko Japon
 Le pont Shinkyo

Emblématique de Nikkō, le pont Shinkyo enjambe la rivière Daiya.

Ce pont est considéré comme sacré car il fait partie intégrante du sanctuaire Futarasan, lieu saint du shintō.

Avec le typhon, on se retrouve sous une pluie diluvienne, un temps gris et une rivière agitée mais la couleur de ce pont le détache de la grisaille et lui rend toute sa splendeur.

Sanctuaire Tōshō-gū Nikko Japon
  Sanctuaire Tōshō-gū 1300JPY/adulte

Voilà, le Sanctuaire Tōshō-gū sera notre dernier temple visité au Japon.

Ce temple est bien à l'abris au centre d'une forêt.

Il semble très prestigieux avec sa porte en Ivoire, ses nombreuses dorures et sa pagode juste à l'entrée.

Kamangafuchi Abyss Nikko Japon
 Kanmangafuchi Abyss

Au Nord-Ouest de Nikkō, il faudra marcher un petit peu pour rejoindre Kanmangafuchi Abyss, une gorge creusée par la rivière Daiya.

Un petit chemin longe cette gorge, bordé lui-même par une rangée de Jizō, des statues qui protègent les âmes des défunts et principalement des enfants. Ils portent des petits bonnets et bavoirs rouges et sont surnommés les boudhhas fantômes.
En effet, la légende dit que l'on aura beau les compter, on ne trouvera jamais le même chiffre car ils s'amuseraient à disparaître et à changer de place.

On progresse le long du chemin mais la pluie transforme l'allée en mini piscine qui deviennent désagréable à franchir.

Beau petit écrin de verdure mais la pluie nous a découragés de plus en profiter.

Cascade Kegon Nikko Japon
 Cascade Kegon

Pour cette dernière matinée avant de reprendre le train vers Narita, on se fait une petite excursion jusqu'aux chutes de Kegon.

Il pleut toujours autant et il fait même froid désormais.
On brave le temps en s'agrippant à notre parapluie pour aller voir le lac Chuzenji puis les chutes de Kegon non loin de là.

La cascade de Kegon est l'une de l'ensemble de 12 cascades : Avec ses 97 mètres, c'est la plus haute.

Une plateforme d'observation permet de la voir et de là un ascenseur descend 100 mètres plus bas pour avoir un point de vue différent.

Lorsque l'on reprend le bus avec les chutes, on sent que c'est la fin... Maintenant on va enchaîner les différents transports pour rejoindre notre dernier hôtel à Narita avant de reprendre l'avion de retour.
Encore une fois, ces vacances au Japon sont passées à toute allure. Nos journées ont été bien remplies et cela nous a permis d'engranger de magnifiques souvenirs !!!

Hébergements

TOKYO Super Hotel Lohas Ikebukuro-Eki Kitaguchi 72€/nuit+petit-dej

PLUS
L'hôtel est très sympa, fonctionnel et gros plus, il n'est qu'à 5 minutes à pied de la gare JR d'Ikebukuro.
Le petit-déjeuner est excellent et varié.
A souligner car c'est assez rare au Japon, il y a des salles de bains privatives dans chaque chambre.

MOINS
Un tout petit moins histoire de dire quelque chose: les oreillers !! Ils sont remplis de billes toutes dures ce qui ne les rend pas du tout confortables (selon moi!!).

KAMAKURA Villa Sacra 69€/nuit

PLUS
Très jolie chambre dans une maison de style japonais avec une salle de bain commune mais très propre.
A deux pas de la gare.

MOINS
Bien caché au fond d'un jardin dans une petite rue.
Situé juste à côté de la voir ferrée, on entend pas mal les trains et les alarmes de passage à niveau.

HAKONE Onsen Guesthouse Hakone tent 74€/nuit

PLUS
Très jolie guesthouse bien entretenue avec à disposition 2 onsens que l'on privatise lorsqu'on y va. Il n'y a donc pas de restriction au niveau de la mixité.
Salle de bain commune mais avec de nombreuses douches.

MOINS
Rien

GOTEMBA Select Inn Fujisan Gotemba 78€/nuit+petit-dej

PLUS
Hôtel le moins cher du secteur lorsque nous avons réservé.

MOINS
Un peu excentré du centre et de la gare.
Le gros point negatif : L'odeur de tabac froid dans la chambre !!!
Il y a un onsen mais uniquement accessible aux hommes.
Le personnel ne parle quasiment pas anglais alors pas évident de se faire comprendre et d'obtenir des renseignements.

KYOTO Piece Hostel Kyoto 56€/nuit+petit-dej

PLUS
Super hôtel à Kyoto, nous avons adoré y séjourner.
Ambiance détendue, décoré avec soins, salle de bain avec plusieurs douches et coin coiffeur ultra cosy.
Le soir, il y a toujours une petite soirée à thème.
Le petit déjeuner est compris et est très bon et diversifié.
Nous avons trouvé que nous étions très bien situés et pour parcourir la ville, l'hôtel propose aussi des vélos à louer.

MOINS
La grandeur des chambres, le lit touchait 3 des murs de la pièce !!!

NARA Onyado Nono Nara Natural Hot Spring 76€/nuit

PLUS
Il suffit juste de traverser la rue depuis la gare pour arriver à l'hôtel !!
Ambiance très japonaise avec des futons dès l'entrée : Déchaussage oblige, il y a des casiers à disposition pour y placer les chaussures.
L'hôtel possède un restaurant mais nous ne l'avons pas testé.
Une salle de bain privative, top!!

MOINS
Onsen interdit aux personnes tatouées.

OSAKA J-Hoppers Osaka Guesthouse 57€/nuit+petit-dej

PLUS
Bien situé, à quelques mètres d'une gare.
Succinct petit-déjeuner, mais petit-déjeuner quand même !

MOINS
Nous sommes arrivés avec le lit non fait et la chambre non rangée.
Literie un peu vieillote, nous avons eu super mal au dos à cause du matelat.
Salle de bain à un étage différent et surtout pas d'ascenseur (hôtel à 5 étages et nous étions au dernier évidemment).

HIROSHIMA Guesthouse Akicafe Inn 100€/nuit

PLUS
Encore une fois, bien situé car proche de la gare (important quand on est en sac à dos!!).
L'hôtel est top, une belle pièce commune pour prendre un verre, la salle de bain commune est très propre et bien décorée.
N'hésitez pas à prendre le petit-déjeuner en supplément, il est vraiment excellent !!

MOINS
Chambre un peu petite.

MATSUMOTO Hotel Iidaya 102€/nuit

PLUS
A proximité de tout : De la gare, du château, des restaurants...
La chambre est très spacieuse et possède sa propre salle de bain.

MOINS
Tout comme notre hôtel à Gotemba, une odeur dégoutante de cigarette dans toute la chambre.

NIKKO Nikko Guesthouse Sumica 74€/nuit

PLUS
Une nuit dans une ancienne maison japonaise sur un tatami. Nous y avons très bien dormi et n'avons pas eu mal au dos du tout.
Proche de la gare mais il faut quand même beaucoup marcher pour atteindre les différents points d'intérêts à Nikko.
Salle de bain commune petite mais propre.
Les gens qui vous accueillent sont très gentils et attentionnés.

MOINS
L'absence de climatisation : Nous avions juste un ventilateur sur pied avec un minuteur qu'il fallait remonter pour qu'il se remette en route.

NARITA Narita Gateway Hotel 60€/nuit

PLUS
Dernier hôtel avec salle de bain privée juste à côté de l'aeroport de Narita.
L'hôtel propose d'ailleurs des navettes gratuites pour aller à l'aéroport.
Il y a également des navettes pour rejoindre le Eonmall Narita, un grand centre commercial.
Il y a deux restaurants à l'hôtel mais le buffet ferme tôt, à 20h !!

MOINS
Pas en centre ville
Facebook

Google Analytics

Google Analytics est un service utilisé sur notre site Web qui permet de suivre, de signaler le trafic et de mesurer la manière dont les utilisateurs interagissent avec le contenu de notre site Web afin de l’améliorer et de fournir de meilleurs services.

Facebook

Notre site Web vous permet d’aimer ou de partager son contenu sur le réseau social Facebook. En l'utilisant, vous acceptez les règles de confidentialité de Facebook: https://www.facebook.com/policy/cookies/

Twitter

Les tweets intégrés et les services de partage de Twitter sont utilisés sur notre site Web. En activant et utilisant ceux-ci, vous acceptez la politique de confidentialité de Twitter: https://help.twitter.com/fr/rules-and-policies/twitter-cookies